(?)


Participation citoyenne à Saint-Rémy ?


VOUS AVEZ DIT “ PROPOSITIONS ” ?

 

Pour une gouvernance démocratique et transparente : avec un taux d’abstention de 56,80 % aux dernières élections municipales et 74,46 % de voix obtenues, ce n’est pas un chèque en blanc pour 6 ans qui a été donné par les saints rémois :

 

- Instaurer une forme de partage et d'exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique d’une démocratie représentative ; ce qui pourrait se traduire par la mise en place de votations citoyennes pour des projets structurants comme le devenir du lac de Beauséjour : aux habitants de décider de la vie de leur quartier ;

 

  • Respecter toutes les opinions et assurer le même traitement à tout.es les conseiller.es municipaux (emplacement des boites à lettres, accès aux informations et aux documents) ;
  • Redonner du sens et de l’utilité aux différentes commissions, en instaurant des moments d’échanges et non pas des antichambres d’enregistrement, en fournissant à TOUS, des documents de travail AVANT ces réunions, pour une étude préliminaire, mais aussi APRÈS, car la consultation de documents antérieurs peut optimiser les réunions suivantes.

 

Pour les cyclistes :

 

  • La re création des sas devant les feux forçant les voitures à s'arrêter à 3 mètres du passage pour protéger les piétons (route de Limours),
  • Repeindre les Doubles Sens Cyclables (DSC) rue Chesneau et avenue Moc Souris,
  • Créer des DSC dans les rues à sens unique,
  • Faire une zone de rencontre rue Pierre Curie à 20 km/h avec une zone piétonne au milieu de la voie, (priorité des piétons sur les cyclistes et des cyclistes sur les voitures),
  • Réduire la vitesse dans les quartiers à 30 km/h en laissant les départementales à 50 km/h. 

En souhaitant que cela ne relève pas du dicton suivant : « Dites-nous ce dont vous avez besoin, on vous dira comment vous en passer »

 

Floriane Varetta-Lonjaret, Sophie Minec, Jean-Louis Binick

Conseillère municipale, Conseillère municipale, Conseiller municipal

 


Le Monde Merveilleux de Saint-Rémy !

 

Bienvenue dans le monde merveilleux de St-Rémy-lès-Chevreuse !

 

Un monde où tout va bien.

 

Un monde où les rues et les trottoirs sont minutieusement entretenus, pas d’herbes folles ou de détritus.

 

Un monde  où les piétons sont rois, sans crainte de se faire happer par un véhicule ou une trottinette électrique.

 

Un monde où les immeubles ne poussent pas comme des champignons et où la loi est toujours respectée afin d’éviter de coûteux recours ou procès,

 

Un monde où les contraintes environnementales sont toujours au cœur des projets immobiliers afin de limiter l’urbanisation à outrance tout, en évitant ainsi de nouvelles inondations catastrophiques.

 

Un monde avec des équipements publics flambants neufs, respectant les nouvelles normes écologiques et ne mettant pas à mal les finances de la ville.

 

Un monde où les alliances politiques de circonstance ne cachent pas un opportunisme personnel et ne servent qu’à l’objectif de bien gérer notre commune et où chaque élu est respecté pendant toute la durée de son mandat. 

 

Un monde merveilleux où tous les agents municipaux s’épanouissent, dans une ambiance studieuse et bienveillante.

 

Un monde où l’opposition critique voire complotiste ne peut que constater lors des commissions que tout le travail et toutes les décisions ont déjà été prises, sans concertation, mais toujours  dans le bon sens, alors pourquoi les contester ?

 

Un monde merveilleux où l’opposition mise à l’écart de l’hôtel de ville sans accès libre à ses boîtes aux lettres (non sécurisées) ne sert à rien puisque tout va bien.

 

Un monde où les habitants d’un quartier ne s’inquiéteraient pas de l’hypothétique disparition d’un lac et les autres de l’éventuelle submersion de leurs propriétés.

 

Un monde parfait que nous devons quitter pour revenir au monde réel où une “requête en excès de pouvoir” demande l’annulation de la délibération autorisant l’utilisation de parcelles publiques par un opérateur privé (promoteur) a été récemment déposée au Tribunal Administratif. 

 

L’équipe SRT

Jean-Louis Binick, Sophie Minec & Floriane Varetta-Lonjaret


Tribune de mai 2022 : "Le Coeur de Ville" (épisode IV)


Saviez-vous que le projet Cœur de Ville augmente directement les risques de crues dans la commune ? A cause de lui, l’Yvette et le Rhodon inonderont plus souvent les Saint-Rémois, et pas seulement les riverains immédiats du projet : ces constructions obligent les cours d’eau à déborder plus loin.

 

Pour limiter ce risque, le promoteur Nacarat doit compenser le volume pris par les immeubles en créant des zones d’expansion de crues en amont du projet. Nacarat indique dans son dossier “Loi sur l’Eau”, déposé en préfecture et non validé à ce jour, devoir compenser 7.650m3.

 

Bientôt 2 ans après le démarrage des travaux et 2 rappels à l’ordre du Préfet, l’équipe majoritaire et le SIAHVY ont choisi d’aider le promoteur à résoudre cette problématique de compensation indispensable à l’opération Cœur de Ville.

 

Ils ont tout d’abord mandaté un nouveau bureau d’études qui a réévalué le volume à compenser à 4.650m3. Magique, - 40% !

 

Une délibération a été votée par le conseil municipal pour la mise à disposition du SIAHVY de parcelles communales : le jardin public près de l’église, l’ancien restaurant scolaire et le parking du C3R qui va être décaissé. Charge au SIAHVY de réaliser ces zones d’expansion de crues financées par Nacarat. Voulez-vous d’un parc et d’un parking régulièrement impraticables ?

 

Le patrimoine de la commune sera donc utilisé pour que le promoteur privé compense en partie, les risques de crues créés par son projet. Cela aussi c’est magique ! Pourquoi ne pas y avoir pensé avant ?

Et tous ces efforts pour rien, car ces parcelles ne permettent pas même d'atteindre le volume réduit de 4.650m3 ! De plus, rien n'est prévu en amont sur le Rhodon, malgré les demandes de la préfecture !

 

Cerise sur le gâteau, la phase 2 du projet (parking fermé de l’ex-CCAS & Ecole de Musique) qui comporte notamment une maison médicale, une supérette et une brasserie, est reportée. Que nous apporte ce projet sinon des ennuis ?

 

Sur ce dossier comme sur celui du Lac de Beauséjour, aurez-vous votre mot à dire ?

 

SRT2020


Tribune de mars 2022 : "La Ville des Collectifs ?"



Prochaine étape ?



Tribune de janvier 2022 !

L’histoire se répéterait-elle à Saint-Rémy ?

Qui, à part nos aînés, se souvient du projet du Prieuré ? Permis de construire dénoncé, arrêt des travaux.

 

Nous avons, depuis 30 ans, des maires bâtisseurs, pour le bien de la communauté, comme on nous l’a maintes fois répété lors d’une insipide réunion publique de concertation où les projets structurants ont été habilement occultés : l’avenir du lac, l’extension de l’EJR avec son école de musique, l'aménagement du Pôle Gare.

 

Mais nous avons appris une chose,

Le litige qui oppose le promoteur du projet Cœur de Ville aux Services de l’Etat, à propos des parkings souterrains qui ne respectent pas la réglementation environnementale, n’est pas de la responsabilité de la Ville et de son 1er magistrat !

 

Le chantier qui continue ? On a compris que ce n’est pas du ressort des services municipaux, le permis de construire a été accepté en 2019 par la Préfecture, et si le promoteur n’a pas rempli ses obligations vis-à-vis de la Police de l’Eau, c’est son problème. 

 

Le risque d’aggravation des inondations à cause des parkings, en cas de crue, mentionné dans l’arrêté préfectoral, c’est aussi son problème.

Sauf que, revenons en arrière.

 

Le projet initial de 2014 est ressorti des cartons en 2018 quasi à l’identique (sans le laboratoire médical mystérieusement disparu) : les inondations étaient pourtant passées par là en 2016 et 2018, mais pour aller vite, car modifier le projet en conséquence aurait nécessité de refaire un appel d’offres pour rechoisir un promoteur et un architecte : cela voulait dire rien de concret politiquement avant mars 2020, la dangerosité d’inclure des parkings souterrains a été laissée de côté, les promesses de vente sur la base d’un permis de construire inadapté et d’une délibération obsolète ont pu être ainsi bouclées rapidement avec le même promoteur.

 

Dernière minute : une demande de retrait du permis de construire a été faite par un collectif de riverains qui estime que le permis a été obtenu de façon frauduleuse !  


Immeubles Cœur de Ville : le permis de construire sera t-il jugé comme "frauduleux" et annulé ? Une affaire sans fin ...


 

Un collectif d'une vingtaine de riverains du projet Cœur de Ville demande à la commune de Saint-Rémy lès Chevreuse, via une procédure juridique, le retrait pur et simple du permis de construire en raison de son obtention par fraude et met en demeure le maire de prendre un arrêté interruptif de travaux !

 

Affaire à suivre ...


La Tribune (encore) libre de Novembre 2021


 

 

Un rapide tour d’horizon de l’urbanisation rampante de notre ville, la cité aux parkings souterrains inondables !

 

Rue de Paris,

Après le projet remarqué du 132, juste en face au 143, et après plusieurs ajustements du permis de construire : les arbres ont été coupés, le bétonnage peut commencer.

 

 

Au 106/108, le projet initial du 106 avec un permis de construire retoqué va pouvoir démarrer sur une parcelle pouvant recevoir 50 logements.

 

Au 90, un magnifique terrain boisé avec une cheminée de briques rouges, les bulldozers ont fait leur travail, permis de construire à découvrir …

 

Rue Chesneau,

Au 19, le promoteur du projet Cœur de Ville, a eu gain de cause avec des parkings souterrains comme au 20/22 juste en face : la source naturelle et les inondations catastrophiques de 2016 ? Occultées.

 

Rue des Ecoles,

Un arrêté préfectoral a relevé de nombreuses infractions à la Loi sur l’eau et a demandé l’arrêt des travaux : en cause, l’irresponsabilité des initiateurs de ce projet face aux risques d’inondations avec des parkings souterrains qui, "auront en cas de crue, comme effet d’augmenter la vulnérabilité de la commune”.

 

Terrain des Soeurs, rue de la République (en face de l’ancienne Poste rasée en 2013), Quartier de la Gare, Domaine de Chevincourt (85 logements) : projets à l’étude.

 

Un peu d’arithmétique, on entend beaucoup dans les commissions et au conseil municipal : "faut-il construire une nouvelle école (publique) ou financer la sauvegarde du lac dans son état sans aucune subvention ?”

 

C’est vrai les finances de la ville ont été sollicitées depuis 2018, il a fallu continuer à payer le complexe sportif (6 M€), financer la rue Lamartine (3 M€), co-financer le superbe nouveau centre de loisirs (5 M€ hors subventions), démarrer la rénovation de l’école Jean Jaurès (2 M€) et surtout imaginer un nouvel Espace Jean Racine avec une école de musique associative pour plus de 3 M€.

 

Une nouvelle école ou un lac ? Les Saint-Rémois pourront-ils choisir ? 

 

Vos élus d’opposition

PS : départ n° 24 au service scolaire 


Surprenantes Associations St-Rémoises !



Une suite mi-figue mi-raisin !


Notre Ville fait la une du Parisien 78 !


Incroyable, mais vrai ! Vous êtes bien à Saint-Rémy-lès-Chevreuse qui a une vice-présidence au PNR et au SIAHVY ...



Nos dernières Tribunes, l'avant-dernière a frôlé la censure : voici la nouvelle de septembre 2021 !


En réponse à LORA et à son étonnement feint : “Nous sommes très étonnés du ton employé par les élus de la minorité municipale qui…critiquent sans faire la moindre proposition ou participation à la vie communale”

 

Il nous semble important d’éclairer le contexte dans lequel nous évoluons :

 

  • accès interdit en mairie et aux services de la ville hors horaires publics,
  • interdiction formelle aux agents de communiquer avec nous,
  • suppression en 2020 du bureau mis à disposition en 2017 (avec l’ex SREM),
  • relégation de nos boîtes aux lettres d’élus dans des casiers non sécurisés à l'accueil de l'hôtel de ville,
  • exclusion des réunions préliminaires de travail en amont des commissions (finances, urbanisme, ...),
  • absence de comptes rendus ou de documents en amont et en fin de ces commissions.

Comment participer lorsque nous découvrons, comme nos administrés, des décisions déjà prises ?

 

  • avons-nous été informés des conclusions de l’étude du SIAHVY concernant la fragilité de la digue du Lac de Beauséjour : NON
  • avons-nous été conviés à la réunion publique avec les riverains : NON
  • nous a-t-on présenté les deux scénarios techniques et financiers envisagés avant la fin de l’année 2021 : NON

Lors de la dernière commission urbanisme du lundi 22 juin 2021, des ateliers autour de la révision du PLU ont été annoncés pour le mercredi après-midi suivant, précipitamment et sans communication préalable pour être finalement reportés à la rentrée avec nombre ridicule de participants (40 au total).

 

Pour conclure : aucune réunion de travail, aucun contact direct avec les agents en tant qu’élu, voilà la démocratie participative dans notre ville de Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

 

Vos élus d’opposition

Sophie Minec, Floriane Varetta-Lonjaret, Jean-Louis Binick

 

PS : après avoir évité une censure de notre dernière tribune grâce à l’envoi d’un texte de loi, une mise à jour des départs des agents depuis 2018. Nous passons de 20 à 24 départs (+1 Services Techniques, +1 RH et +2 Scolaire Enfance), le turnover frôle les 30%


 Une nouvelle tribune, qui traite d’un sujet tout aussi sérieux que le béton qui envahit notre ville : nos agents municipaux.

 

Vous trouverez ci-dessous la liste non-nominative des agents qui ont quitté les services de la ville depuis fin 2017. Seul le service est mentionné pour des raisons de confidentialité.

 

Précisons également qu’aux dires de l’équipe majoritaire (voir PV des conseils municipaux), “beaucoup ont souhaité partir pour parfaire leurs carrières d’agents territoriaux et que dans tous les cas, le bien-être des employés municipaux est et restera la priorité de cette mandature”.

 

Les astérisques* concernent des agents recrutés à partir de janvier 2018 et qui pour des raisons personnelles n’ont pas souhaité poursuivre l’expérience. Les chiffres 1 et 2 sont utilisés lorsque deux personnes ont quitté le même service :

 

  1. Direction des services techniques 1
  2. Direction des services techniques* 2
  3. Cadre service urbanisme*
  4. Service urbanisme 1
  5. Service urbanisme 2*
  6. Service espaces verts
  7. Service espace public
  8. Service état-civil
  9. Administration générale & finances
  10. Vie associative
  11. Direction petite enfance
  12. Service petite enfance
  13. Direction relais assistantes maternelles
  14. Service comptable
  15. Service scolaire
  16. Direction centres de loisirs*
  17. Centre de loisirs 1
  18. Centre de loisirs 2
  19. Espace Jean Racine*
  20. Service culturel*

 

Pourquoi cette énumération ? Parce que cette longue liste nous questionne et qu’il est de notre responsabilité de vous en informer. Si nous ne le faisons pas, qui le fera ?

 

Pour conclure, un hommage appuyé et sincère à un élu, adjoint au maire avec qui nous n’avons pas toujours été d’accord et qui a quitté l’équipe majoritaire, sans bruit et sans esclandre et pour nous conseillers municipaux de l’opposition : sans explication officielle, pourtant réclamée en conseil municipal. Après 20 ans de bons et loyaux services dans plusieurs mandatures, un dévouement sans faille, il a jeté l’éponge discrètement. C’est peut-être son franc-parler qui l’a obligé à partir. Merci cher élu pour votre travail.

 

Sophie Minec

Floriane Varetta Lonjaret

Jean-Louis Binick

Vos élu(e)s Saint-Rémy Toujours 2020

 

 PS : depuis la publication de cette tribune, deux nouveaux départs ... Services Techniques & Services RH, "pour le bien-être de leurs carrières" après quelques mois passés à Saint-Rémy-lès-Chevreuse !!! Le compteur passe donc à 22.

 

 

 


Un sujet sérieux soulevé avec humour : le bétonnage de Saint-Rémy-lès-Chevreuse


 

 

Une Tribune “Libre” dédiée aux habitants de la rue de Paris, de la rue de Versailles, de la rue Chesneau, de la rue de la République, de la rue Saint-Paul, de la rue des Écoles, de l’avenue Thérèse, de  l’avenue du Général Leclerc et de bien d’autres rues, avenues ou impasses ...

 

C'était un joli village

Qui fleurait bon la verdure

Qui fleurait bon la Vallée de Chevreuse

 

C'était un joli village

Avec plein de tables et de chaises de jardin

Avec des arbres, des tilleuls, des platanes et des saules pleureurs

Au fond d'une impasse dans la Vallée de Chevreuse

Mais un jour dans le joli village

Passèrent des hommes qui, au revers de leurs costumes,

Portaient des badges de béton

Dans le joli village plusieurs voix tentèrent

S’il vous plaît, s’il vous plaît,  Messieurs les promoteurs

S’il vous plaît, s’il vous plaît, ne coupez pas tous nos arbres

C'était un joli village

Avec des mésanges bleues dans ses tilleuls

Avec un homme courbé faisant son potager

Au fond d'une impasse dans la Vallée de Chevreuse

Mais un jour dans le joli village

Passèrent des hommes qui, au revers de leurs costumes,

Portaient des badges de béton

Dans le joli village plusieurs voix tentèrent

S’il vous plaît, s’il vous plaît,  Messieurs les promoteurs

S’il vous plaît, s’il vous plaît, ne coupez pas nos arbres

C'était un joli village

Qui fleurait bon la verdure

À la place du potager

Il y a l'entrée d'un parking souterrain

Où sont rangées comme des sardines

Les voitures attendant une prochaine crue

C'était un joli village

Avec plein de tables et de chaises de jardin

Avec des arbres, des tilleuls, des platanes et des saules pleureurs

Au fond d'une impasse dans la Vallée de Chevreuse

Où sont passés les tables et les chaises de jardin, les tilleuls, les platanes et les saules pleureurs ?

C'était un joli village

au fond de la belle Vallée de Chevreuse

L’équipe de Saint-Rémy Toujours 2020

Sophie Minec, Floriane Varetta Lonjaret et Jean-Louis Binick

Facebook : @saintremytoujours - Twitter : @SRTen2020

Web : www.saintremytoujours.fr


Proposer, Constater, Dénoncer ...


Un Groupe d’opposition à l’échelon local a 3 missions :

 

Proposer : à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, c’est très compliqué. La consultation des dossiers concernant les projets structurants est difficile, lorsqu’on n’a pas d’accès libre en mairie et des horaires restreints pour accéder aux boîtes aux lettres.

 

Constater : plus simple mais tellement frustrant. Les projets immobiliers fleurissent un peu partout, rue de Paris, rue Chesneau, rue de Versailles, les immeubles du Cœur de Ville. Des équipements publics comme le futur Centre de Loisirs ou des bâtiments comme l’école Jean Jaurès ou l’Espace Jean Racine sont restructurés sans vraie concertation ! Alors que de nouvelles politiques environnementales préservant la nature se développent par ailleurs, à Saint-Rémy une déviation (étude de faisabilité en cours) pourrait traverser le Terrain des Sœurs, potentiellement “agrémenté” de maisons de ville, pour déboucher rue Ditte. Le capital environnemental semble bien compromis, et le capital humain, celui des agents municipaux, ne semble pas non plus épargné : l’opacité totale règne à nouveau.

 

Dénoncer : le manque de co-construction autour d’une stratégie intelligente de réhabilitation des écoles. La mairie mobilise un budget important pour la rénovation de l'école Jean-Jaurès. Quid de Saint-Exupéry où il fait froid dans les salles de classe ? Il faudrait travailler tous ensemble, enseignants, parents d'élèves et élus, afin de créer un climat de confiance. Malheureusement, nous constatons que ce n’est pas le cas : annulation d’un conseil d’école à la dernière minute, interdiction d'accès aux écoles pour les enseignants en dehors du temps scolaire, bref aucune condition favorable au dialogue. La définition du dictionnaire concernant les "administrés" est criante de vérité à Saint-Rémy : “personnes soumises à une autorité administrative”. L'équipe majoritaire peut-elle seule trouver les solutions aux problèmes de la commune ?

 

Facebook @saintremytoujours

www.saintemytoujours.fr

 

 


Une Belle Année 2021 aux Saint-Rémoises et Saint-Rémois de la part des élus Saint-Rémy Toujours 2020



Tribune Libre SRT de novembre 2020 ...


Toutes les voix s’élèvent, de par le monde, pour prendre conscience de la nécessité impérative de transformer nos modes de vie pour que nos enfants et petits-enfants aient un avenir.

 

A ce titre, parlons d’espaces naturels à Saint-Rémy: en plein “cœur de ville”, des dizaines d’arbres ont été abattus (seulement 2 ont survécu aux tronçonneuses), pendant le confinement et la nidification des oiseaux, une année spéciale où la nature avait l’opportunité de se réparer de nos excès.

 

En parallèle et sur toute la commune, une étude a validé la destruction de 80 arbres soi-disant dangereux, et ce sans choisir le moment opportun malgré les appels de la Ligue de Protection des Oiseaux.

 

Autre mandature, autre temps, autre sujet : résoudre le problème de la circulation en centre-ville en commandant une étude de faisabilité d’une déviation reliant le parking de l’Espace Jean Racine au rond-Point de la route de Versailles, c’est en ignorer les effets collatéraux dommageables pour des décennies.

 

Envisager de créer une voie en plein dans cet écrin de verdure, c’est archaïque, c’est se tourner vers le passé, être sourd aux besoins de nos “futurs” citoyens.

 

Mais avant cela, un autre projet verra le jour et une mission confiée à une agence départementale (l’EPFY) par la ville, vient de lancer une étude de faisabilité : afin de porter financièrement l'acquisition de la parcelle privée jouxtant le “Terrain des Soeurs” par cet organisme public qui pourra ensuite vendre l’ensemble, avec la parcelle municipale, à un promoteur afin d’y construire une cinquantaine de logements (maisons de ville ou petits immeubles) ! 

 

C’est ainsi condamner un des dernier endroit naturel ressourçant du centre-ville, c’est transformer cette magnifique parcelle en square de zone urbaine. Pourquoi a-t-on choisi de vivre à Saint-Rémy plutôt qu’à La Défense si ce n’est pour vivre dans un environnement vert ?

 

A quand des bâtiments à énergie positive et un 1er éco-quartier ? 

 

Sophie MINEC

Jean-Christophe HOUPLAIN

 

Jean-Louis BINICK

 


Mais que c'est il passé à la CCHVC en juillet 2020 lors de l'élection de son Président ?

 

Nous allons ainsi vous raconter une belle histoire sur la démocratie locale dans notre Communauté de Communes de la Haute Vallée de Chevreuse : la CCHVC.

 

Lors du Conseil Communautaire du 10/07/2020, le résultat était connu d’avance. Saint-Rémy-lès-Chevreuse, à travers son maire Dominique Bavoil devait prendre la présidence de la CCHVC. 

2 candidats étaient ainsi en lice, mais à la surprise générale et à la suite d’un changement de majorité au Mesnil Saint-Denis, c’est le maire de Lévis-Saint-Nom, Anne Grignon qui remporte la mise avec 2 voix d’avance.

 

La tradition veut que la ville perdant l’élection se voit attribuer la 1ère vice-présidence de la CCHVC, ce qui aurait été logique étant donné le poids démographique de Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

Refus catégorique de notre maire Dominique Bavoil d’accepter le poste, suspension de séance et report du vote pour désigner les vice-présidents au 21/07/2020. Et là, nouvelle surprise, la vice-présidence de la plus grande ville de la CCHVC est laissée à l’opposition du Mesnil-Saint-Denis qui se retrouve ainsi avec 2 vice-présidences !

 

Situation ubuesque, mais pourquoi vous raconter cela ? 

 

Simplement, pour attirer votre attention sur d’autres comportements despotiques peu républicains et peu démocratiques, bien loin d’une gestion participative, ici à Saint-Rémy : suppression du bureau des élus SRT et de leur libre accès en mairie, boites mails élus SRT supprimées ou inaccessibles, boîtes aux lettres des élus SRT séparées de celles des élus majoritaires et déménagées à l'accueil ...

 

La suite sur FaceBook @saintremytoujours, sur Twitter @SRTen2020 ! 

Les élus SRT

Sophie Minec, Jean-Christophe Houplain et Jean-Louis Binick


Destruction Aile Gauche Ecole Jean Jaurès Part II


La Démocratie Locale à Saint-Rémy-lès Chevreuse ...

Rappelez vous la destruction de l'aile gauche de l'école Jean Jaurès sur une décision unilatérale du maire via un arrêté de péril validé par la Préfecture ...

Nous avions simplement demandé de voir l'étude technique justifiant cette destruction en catimini durant l'été 2019 ...
Refus poli du maire, saisie de la Commission d'Accès aux Documents Administratifs et après plus de 6 mois : l'avis FAVORABLE de la CADA !

Nous, Conseillers Municipaux, nous devons donc avoir accès à ce document technique même s'il sera difficile de revenir en arrière ...

Trois options :

1) ce document n'existe pas ... aïe
2) ce document existe et il nous est simplement transmis,
3) ce document existe mais on nous refuse toujours sa publication, la procédure administrative devra se poursuivre afin de connaitre la vérité et en restant vigilant à d'autres destructions de nos bâtiments centenaires (l'Ancienne Poste, ...).



Une nouvelle Démocratie locale à Saint-Rémy-lès-Chevreuse pour l'opposition !


 

 

 

Chers Conseillers Municipaux de la Majorité,

M. Le Préfet des Yvelines,

 

Un rapide message pour vous informer de la situation de la démocratie dans notre belle ville de Saint-Rémy lès Chevreuse,

 

 

 

 

 

 

En 2017, les deux groupes d’opposition se sont vus octroyer :

 

·         un local pour se réunir à leur convenance,

·         des boites aux lettres « courrier » ,

·         des adresse email « mairie » personnalisée,

·         des cartes de visite personnalisées,

·         et surtout un passe leur permettant d’accéder dans l’hôtel de ville afin d’accéder au local et aux boites aux lettres sans vraie restriction.

 

Depuis la mise en place du nouveau conseil municipal en mai 2020, changement total de situation pour l’unique groupe d’opposition :

 

·         les adresses emails ont été déconnectées (sans préavis) et remplacées par des adresses qui ne fonctionnent pas et sans la possibilité de se connecter via Outlook,

·         les boites aux lettres sont descendues à l’accueil et accessibles uniquement aux horaires d’ouverture de la mairie,

·         le local ne semble plus d’actualité, ni les cartes de visites,

·         l’accès à l’hôtel de ville nous est interdit et le passe électronique (déconnecté depuis des mois) nous est réclamé par les services de la ville.

 

Les Organismes extérieurs, les Présidents de Commissions Municipales sont obligés, soit de nous appeler sur nos portables, soit d’utiliser nos emails privés ou professionnels pour nous convoquer aux réunions,

ou mieux encore : nous transmettre les convocations via la Police Municipale.

 

Simple état de fait, je souhaitais néanmoins, Chers Elus de la Majorité et M. Le Préfet, vous informer de la situation, ne cherchant pas valider la légalité ou l’illégalité de ces nouvelles dispositions.

Je vous laisse juger par vous-mêmes.

 

Cordialement.

 

Jean-Louis Binick


Des nouveaux Marcheurs en Ville ? (cliquez sur la photo)



Épilogue de la "Bataille des Arbres" ... (article original en cliquant sur la photo)

L’abattage des arbres centenaires crée la polémique dans les Yvelines

 

Une habitante de Saint-Rémy-lès-Chevreuse s’étonne que la ville procède à des coupes pendant le confinement. La mairie plaide la sécurité et le mauvais état des arbres concernés.Saint-Remy-lès-Chevreuse. Près de 200 personnes ont signé la pétition contre l’abattage des arbres. Les arbres, c'est un sujet sensible. Surtout en ce moment à Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Depuis quelques jours, une habitante de la ville s'inquiète de la situation de grands tilleuls à l'entrée de la ville, en venant de Versailles. (par Laurent Mauron)

 

« J'ai remarqué, un peu par hasard, qu'ils allaient être abattus. Il est difficile d'accepter en cette période de confinement que de telles décisions puissent être prises sans concertation pour des tilleuls aussi emblématiques », commente Sophie Langrognet. Sa colère est d'autant plus grande que nous sommes en période de nidification. Cette quinquagénaire tente alors d'en savoir plus à la mairie. Mais, ne trouvant pas d'interlocuteurs, elle inonde de mails les responsables municipaux, poses banderoles et affiches dans la ville et déclenche même une pétition qui a recueilli près de 200 signatures à ce jour.

 

L'affaire s'est mise à enfler, à la grande surprise du maire (SE) Dominique Bavoil. « Je ne comprends pas une telle agitation. Cette dame, qui n'a pas le droit d'apposer des banderoles sur l'espace public, nous a écrit mercredi dernier et, même si cela ne se voit pas, nous avons beaucoup d'autres choses à penser avec l'épidémie. Faire ainsi un procès d'intention, c'est déraisonnable en ce moment », s'agace l'élu.

82 arbres sont mal en point et une vingtaine dangereux, selon un diagnostic mis en avant par la mairie

Selon lui, un diagnostic a été établi, fin 2019, par rapport à l'état des 1 444 arbres de la commune. Révélé en janvier dernier dans le bulletin municipal, il indique que 82 d'entre eux sont mal en point et une vingtaine, dangereux. Le sujet a même été évoqué durant la campagne électorale. « Nous avons également voté le budget et décidé avec les entreprises que ce serait plus facile d'agir pour eux en cette période de congés afin de mieux sécuriser les lieux. D'ailleurs, nous veillons à ce que toutes les mesures de sécurité sanitaire soient prises quand ils opèrent », déclare l'élu. Le maire sait que la période de nidification n'est pas la mieux adaptée pour ce type d'opération. « Mais certains arbres sont creux et que dirait-on si l'un d'entre eux tombait sur quelqu'un ? », insiste Dominique Bavoil, qui reconnaît avoir appris « beaucoup de choses » avec ce diagnostic. « J'ai retenu que les arbres ont une certaine durée de vie et peuvent, à la longue, finir par être dangereux. Rien ne dit d'ailleurs qu'on n'en replantera pas » le maire qui a répondu ce mardi à son administrée. « Le fameux tilleul centenaire, dont elle parle, subira un élagage spécifique », précise-t-il encore à l'adresse de Sophie Langrognet.

 


cliquez sur l'image pour découvrir et signer la pétition !


Le massacre a déjà commencé ...


Malades ou pas malades ? On coupe c'est plus simple ... et pas de témoins !


Mais le massacre avait déjà commencé ... bien avant !


bien bien avant ...


Merci aux 631 électeurs Saint-Rémois qui nous ont fait confiance, le 15 mars 2020.




Prenez votre ville en main, ne laissez plus quelques personnes décider à votre place avec la co-construction : ce sont les citoyens qui doivent décider, pas quelques élus !



L'équipe de Saint-Rémy Toujours 2020, une nouvelle façon de co-construire votre Ville : le 15 mars 2020, un seul tour avec 2 listes, SRT2020 contre LORA2020 LREM/LR


Une belle équipe et de belles compétences pour lancer la co-construction à Saint-Rémy !



Cliquez sur l'image pour voir la Conférence !



la "Co-Construction", une soirée de discussion autour d'un seul thème : "ne laissez pas décider à votre place" : cliquez sur les photos pour voir la conférence !



Saint-Rémy Toujours organise une Rencontre Citoyenne : le jeudi 23 janvier 2020 à 21h00


L'équipe Saint-Rémy Toujours vous souhaite une belle et heureuse année 2020 !




Une autre vision de la Démocratie Locale à Saint-Rémy lès Chevreuse ? C'est possible, dès mars 2020 ...


C'est officiellement parti pour les Elections de mars 2020 !



C’est fini pour l’aile de l’école Jean Jaurès : pas d’étude de réhabilitation, pas de présentation en commission d’urbanisme, un simple article dans le bulletin municipal et ... arrêté de péril et le bulldozer ... imaginez votre ville @StRemyChevreuse en 2026 !



 

Dernière Tribune Libre

de Saint-Rémy Toujours

avant les prochaines élections !

 

 

cliquez ici ou sur l'image


96 personnes ont donné leur avis sur le futur aménagement du projet dit "Coeur de Ville" : un alibi pour engager notre Ville de Saint-Rémy lès Chevreuse pendant 30 ou 50 ans ?


ACTUALITÉS

Voir Rubrique Facebook

SAINT-REMY TOUJOURS

#Municipales2020

NOTRE EQUIPE

Contactez-nous !